JOHN PRIMER-BOB CORRITORE: Ain’t Nothing You (2017)

L’ancien guitariste de Muddy Waters et l’incontournable harmoniciste ont décidé de réitérer leur expérience en duo. La guitare de John Primer est toujours aussi affûtée, sa voix exprime l’essence même du blues et Bob Corritore demeure l’un des plus grands maîtres actuels de l’harmonica. Quant à la section rythmique, elle assure méchamment. Bien sûr, l’album respecte la grande tradition de Chicago avec des blues comme « Elevate me Mama », « Big leg woman » (avec la slide de John Primer), « Ain’t nothing you can do » ou « When I leave home ». Mais nos deux complices ont plus d’un tour dans leur sac et ils envoient deux titres qui balancent sur un rythme musclé proche du Texas blues : « Poor man blues » (avec une intro dans l’esprit de « Dust my broom ») et « May I have a talk to you » (cette fois-ci, avec une slide). Ils swinguent aussi à fond sur « Hold me in your arms » (dont la rythmique rappelle « It’s all over now »). Enfin, Bob Corritore s’éclate sur l’instrumental « Harmonica boogaloo » mais n’oublie pas de dialoguer avec la guitare de John Primer. La classe ! En résumé, cet album refile la pêche et chasse le vague à l’âme. Il évoque les vieux disques Chess de la grande époque mais prouve également que le vrai blues
ne mourra jamais.
Olivier Aubry