DOC HOLLIDAY FAREWELL TOUR
Chateau de Goncourt samedi 18 juin 2011
Photos Jean-Noël  SIROT©
http://www.myspace.com/rockandphotos



  Il y a parfois des histoires qui restent surprenantes dans la vie et celle des trois dates de concert en France de Doc Holliday en est assurément une… Pensez donc, ce groupe qui, au moment de sa notoriété, n'a jamais eu la moindre invitation à fouler le sol français (il a juste failli en 1992 car il tournait avec Blackfoot, mais les organisateurs de l’Élysée Montmartre ont voulu Blackfoot sans le Doc Holliday !?),
s'est vu proposer trois shows en France pour sa tournée finale ! Il y a des fois des choses difficilement explicables, même si évidement, et comme pour beaucoup d'autres groupes plus ou moins oubliés,  l’utilisation d’Internet y est sûrement un peu pour quelque chose ! C'est en tout cas une des conversations qui revenaient régulièrement ce samedi 18 juin au Château de Goncourt où était organisée (après Paris et Lyon) la troisième date du groupe. Un public très réceptif et concerné musicalement, constitué d'environ 280 personnes, s'était donc donné rendez-vous "au Château" malgré le temps incertain (concert plein air !) pour y apprécier le Doc bien sûr, mais aussi Natchez et The Dukes, les régionaux
du coin !


La soirée commença aux alentours de 19 h avec une prestation remarquée des Dukes, la bande à Aimé alternant compos et reprises ciblées avec un certain brio ! 1h30 après, ce fut le tour des Champenois de Natchez de prendre la scène de Goncourt , et comme d'habitude une prestation sans la moindre faille qualifia leur passage. Natchez est incontestablement aujourd'hui la valeur sûre du rock « made in Southern » en France ! Les diverses discussions chopées à droite et à gauche confirmaient d'ailleurs qu'une partie du public allait découvrir Doc Holliday justement grâce à Natchez . Hé oui... il faut bien reconnaître que si Doc Holliday peut représenter quelque chose pour les générations caressant le demi siècle, il est aussi très compréhensible que les plus jeunes n'aient pas les mêmes repères musicaux sur ce groupe tout en souhaitant bien sûr ardemment les découvrir, et là... Natchez a sûrement joué la courroie de transmission, ce que d'ailleurs Bruce Brookshire (le Boss du Doc Holliday) n'a pas hésité a souligner à plusieurs reprises en qualifiant Natchez de "Très bon Band N° 1 du Southern Rock made in France"!
Même si ce n'est que des paroles, ça fait plaisir aux gens concernés (groupe comme public !).



Donc c'est aux alentours de 22h30 que Bruce Brookshire, John Turner Samuelson, Eddie Stone
(3 membres originaux ) et Daniel "Cadillac" Lastinger se sont retrouvés sur scène pour un "Last Ride" des plus pêchus. De toute évidence le groupe assure avec précision ! Il faut dire que si John T. Samuelson
a dû se résoudre à (re)prendre la basse en raison de l'indisponibilité de "Daniel Bud-ford" le bassiste officiel du groupe, la qualité musicale n'a certainement pas baissé, John étant un fabuleux bassiste de rock ! Ils enchaînent avec un superbe "Never Another Night": franchement on ne sent pas beaucoup qu'il manque une guitare tant Bruce Brookshire assure grave… Le son est très maîtrisé, et c'est toute la musique du Doc Holliday qui s'en trouve valorisée ! D'autres très bons titres comme "Magic Midnight Lady", "Moonshine Runner", "Thunder and Lightning", ou "Highway Call" entre lesquels s'intercalent des reprises sympa et bien ciblées comme "Fire on the Moutain" (Marshall Tucker Band) ou "Trudy" (Charlie Daniels) assurent une très bonne atmosphère à la prestation, qui bien sûr atteindra son point culminant avec les emblématiques du Doc Holliday que sont "Redneck Rock'n Roll Band" (dédié à Natchez et à l'ensemble
des passionnés de Southern Rock), l'émotionnel et magnifique hommage à Ronnie Van Zant "Song for
the Outlaw", et le toujours très touchant "Lonesome Guitar"… Un petit rappel qui nous ramènera vers
les racines rock'n rollienne ("Roll over Beethoven", "Johnny B. Goode") conclura le show, un petit coup
de fraîcheur final qui est super bien passé !




Quelques moments après le show, le groupe au complet se fit un petit plaisir avec une séance dédicace et photos des plus sincères, et malgré les impératifs de temps (le groupe jouant en Allemagne le lendemain dimanche), Bruce, John, Eddie et Daniel ne résistèrent pas à prolonger un petit peu la fête autour du bar, et avec les gens venus leur témoigner leur appréciation !

Une soirée qu'il faut sûrement garder en mémoire, car a priori le Doc Holliday a décidé de refermer le magnifique livre commencé en 1980 !

John Molet




Copyright © 2007 Road to Jacksonville
Webmaster : Patrice GROS
Tous droits reservés.
Design par
Zion pour Kitgrafik.com