BLACKFOOT "Good Morning in Paris"
New Morning 12 avril 2011
(Photo Jeff Lescene )

Dès l'annonce de cette date à Paris, je me souviens que beaucoup se posaient la question de savoir si le Blackfoot actuel pouvait réussir à mobiliser le potentiel « Southern rock made in France ». Eh bien, contre toute attente, le résultat fut largement à la hauteur de l'espérance (voire même mieux) puisque le
New Morning annonçait "Sold-out" aux alentours de 17h, une bonne récompense pour les gars de 106Db Prod qui ont osé se lancer dans cette organisation. Comme quoi il est encore possible d'organiser du "sudiste" dans notre pays ! Il est donc aux alentours de 18h quand les premières têtes se pointent devant l'entrée du club parisien, et très rapidement on se rend compte que les habitués et passionnés de Southern Rock n'ont pas boudé le rendez vous. C'est avec un vrai plaisir que les conversations s'engagent sur les thèmes chers à cette musique... que ce soit les souvenirs récents sur la "Simple Man Cruise" ou ceux à venir : "Rock Legends Cruise" (n'est-ce pas Thierry, Karine, Fred, Johnny, Alison, Laurent, Christian, etc...?) ou les futurs passages chez nous de Doc Holliday (en juin) et Point Blank (en juillet),
tout le monde prend plaisir à participer à "la discute".

(Photo Jeff Lescene )

Quelques mètres plus loin je retrouve la "BandaNatchez" attablée autour d'une bonne mousse.
Il faut bien passer le temps car les portes du New Morning vont ouvrir aux alentours de 20h15...
(c'est donc parti pour plusieurs mousses évidement !). Une question revenait aussi régulièrement dans les conversations, à savoir la première partie : plusieurs groupes français passionnés de Southern Rock  (Natchez, Calibre 12, etc ..) avaient proposé leurs services à 106 Db mais, faute de place sur la scène,
les organisateurs avaient préféré opter pour "Norfolk AC", un gars seul avec sa guitare au milieu de l'arène. Evidement l'interrogation était légitime chez les anciens, qui se souvenaient de la première partie
(assez incohérente) de Lynyrd Skynyrd au Zénith en juin 2009! Mais dès les premiers accords de sa Gibson acoustique Cyril rassure le public. Un country folk de qualité, interprété avec un réel feeling, donne un intérêt non négligeable à cette soirée, mais bien sûr le public trépigne d'impatience pour Blackfoot,
et lorsque Charlie Hargrett, Greg T. Walker, Mike Estes, et Kurt Pietro montent sur la scène, on sent 
très vite que quelque chose de particulier va se passer ! Et on n'attend pas longtemps pour en avoir
la confirmation, le groupe démarre avec "Good Morning", wouahh...ça pulse grave. Charlie est très impressionnant (même si le backline à disposition ne lui propose pas forcément l'ampli adéquat),
Greg T. Walker semble lui aussi en super forme, et Mike Estes et Kurt Pietro assurent au mieux
leur implication dans ce groupe mythique !

L'enchaînement classique avec "Wishing Well" nous confirme que le groupe semble hyper heureux de retrouver Paris. Hé oui, ils ne sont pas légion les concerts de Blackfoot à Paris... les plus anciens se souvenant évidement de cette première partie d'Iron Maiden en mars 1982 ou de ce concert à l'Elysée Montmartre en octobre 1992... Peu de temps morts, et ça continue avec "Morning Dew" : toujours un peu surprenant de voir dans la set-list ce titre paru sur l'album "Vertical Smiles", album qui fut sûrement le plus contesté des enregistrements de Blackfoot, mais j'avoue qu'en live ce titre passe beaucoup mieux
que la version studio ! L'ambiance dans le New Morning est vraiment sympa et le public semble vraiment acquis à la cause de ce grand du Southern Rock des années 70-80 ! Avec "Fox Chase" ou le magnifique "Left Turn On A Red Light", on rentre vraiment dans la séquence nostalgie (enfin pour certains !), alors certes on entendra plus tard après le concert quelques constats rappelant que Mike Estes n'est pas
Rickey Medlocke, ok... mais ça on le sait!...

(Photo Jeff Lescene )

Pour ma part, je pense surtout que, même si l'ex-Skynyrd n'est pas le grand guitariste et vocaliste
qu'était Mister Medlocke à la grande époque de Blackfoot, il a paradoxalement le mérite d'appeler à la comparaison, ce que ni Bobby Barth, ni Jay Johnson n'ont provoqué lors de leurs divers passages dans le groupe ! Bref, ceci étant, et malgré ces inévitables constats, Blackfoot délivre un super concert et s'oriente vers la fin du show vers les titres que tout le monde attend comme "Dry County", "Train Train" ou l'incontournable "Highway Song" (quel plaisir d'entendre le public hurler le refrain avec avec le groupe !),
un final où on ne peut que constater l'incroyable tonicité de Charlie Hargrett et Greg T. Walker, une pêche qui ne laisse pas indifférents les gens qui connaissent l'âge des lascars ! Respect Messieurs !

(Photo Jeff Lescene )(Photo Jeff Lescene )

Un rappel très soutenu ramènera Blackfoot sur la scène (malgré la fatigue évidente!) pour un classique "Crossroads", mais le grand enthousiasme du public ne réussira pas à les faire revenir une seconde fois. « Peut-être que Mike Estes n'a pas bossé d'autres morceaux (?)... », me souffle mon pote Manu de Natchez ! Possible ? En tous les cas, je n'en connais pas beaucoup qui ont regretté leur soirée et c’est
tant mieux! Et en conclusion je dirai que si 106 Db Prod a de nouveau la bonne idée de relancer des plans comme ça avec des gens comme The Outlaws, Marshall Tucker, Gator Country, voire 38 Special, sûr
et certain qu'on ne leur en voudra pas !

John Molet

(Photo Jeff Lescene )

Copyright © 2007 Road to Jacksonville
Webmaster : Patrice GROS
Tous droits reservés.
Design par
Zion pour Kitgrafik.com